PATHOLOGIE NASALE ET DES SINUS

BILAN D'UNE OBSTRUCTION NASALE

Avoir le « nez bouché » peut s’expliquer par de nombreuses pathologies que ce soit d’origine mécanique (déviation de la cloison, cornets hypertrophiés, polype, tumeur, etc) que inflammatoire ou infectieuse (sinusite, allergie). Une consultation est donc nécessaire avec la réalisation d’une nasofibroscopie (minicaméra qui passe par le nez) pour explorer l’ensemble de la cavité nasale et des sinus.

DEVIATION DE LA CLOISON

La cloison (ou septum) nasale est un « mur cartilagineux vertical » qui sépare les 2 fosses nasales. Il se prolonge en arrière du nez avec une partie osseuse formée par ce qu’on appelle la lame verticale de l’ethmoïde. Lorsque la cloison est déviée, il existe une contrainte mécanique empêchant le passage de l’air dans la fosse nasale et limitant la respiration nasale.

Cette déviation est le plus souvent congénital (présent dès la naissance) ou traumatique (fracture, coups dans l’enfance).

Elle est importante à prendre en charge dès l’enfance car elle s’aggrave toujours dans le temps. Il faudra seulement éviter certaines périodes de croissance.

Le seul traitement est chirurgical appelé septoplastie.

ci dessus une scanner de face d’un patient avec une déviation de la cloison vers la droite.

Quelque fois la déviation de la cloison est telle qu’il existe également une déformation du nez. Selon les cas une prise en charge par la sécurité sociale est possible pour la réalisation d’une rhinoseptoplastie : chirurgie de la cloison et se rhinoplastie associée.

Parlez en à votre chirurgien ORL. A voir aussi dans la rubrique rhinoplastie.

 

 

HYPERTROPHIE DES CORNETS

Les cornets sont les organes qui chauffent et humidifient l’air. Ils sont présents dès l’entrée dans les narines sur la face latérale de la cavité nasale (cf schéma ci dessus).

C’est un organe érectile c’est à dire qui « gonfle » au décours d’une inflammation par exemple (expliquant le nez bouché lorsque nous sommes enrhumés). Chez certaines personnes ils sont hypertrophiés de façon naturelle hors période d’infection. Ces personnes souffrent donc d’obstruction nasale chronique. Un traitement médical peut être envisagé jusqu’à la chirurgie de réduction des cornets selon les cas.

il existe plusieurs cornets, sur ce schéma est annoté les cornets inférieurs (inferior concha) et moyens (middle concha), les cornets inférieurs sont les plus important dans la ventilation nasale

SINUSITES

Il s’agit de l’inflammation de cavités osseuses de la face. Il existe 4 paires de sinus (frontal, ethmoide, maxillaire et sphénoide).

Chaque sinus communique avec la fosse nasale par un « trou » appelé ostium et dès lors qu’il est bouché il existe un risque de sinusite.

Cette inflammation est dûe le plus souvent à des virus mais aussi à des bactéries ou des champignons notamment en cas de soins dentaires avec du matériel étranger coincé dans le sinus.

Schéma avec en couleur les 4 paires de sinus

1.sinus frontaux ; 2.sinus ethmoidaux ; 3.sinus sphenoidaux ; 4.sinus maxillaires

Sinusite aigue

Les symptômes tout le monde les connaît à peu près  : douleur et/ou sensation de pression du visage notamment tête penchée vers l’avant dans un contexte de fièvre et de rhume associé avec un nez « pris ».

Un examen des fosses nasales est utile pour voir l’issue ou non de pus dans les ostiums sinusiens. Si le sinus est « bloqué » quelquefois un drainage chirurgical est indiqué.

La sinusite chronique

Les symptômes persistent au delà de 4 semaines, ils associent souvent nez bouché , écoulement narinaire , baisse odorat etc…

Un examen clinique par nasofibroscopie et une imagerie sont souvent nécessaires pour caractériser une sinusite chronique.

Scanner montrant le massif facial avec sur l’image de gauche des sinus aérés (normal)

sur cette image : à droite un comblement (gris) des sinus maxillaire et ethmoidaux gauches  témoins de pansinusite

Complications des sinusites

Devant la situation anatomique des sinus, le danger est « au cerveau et à l’œil ».

Toute sinusite avec des signes de méningite, maux de tête, troubles visuels nécessite une consultation en URGENCE .

Polypose nasosinusienne

La polypose est une forme de sinusite chronique en rapport avec l’existence de polypes localisés au niveau des sinus et des fosses nasales à l’origine d’une obstruction nasale, d’une anosmie (le patient ne sent plus les odeurs) et d’infections répétées.

Le traitement est toujours médical et parfois chirurgical.

Il se fait après un bilan endoscopique (fibre optique) nasal et sinusien et une imagerie (scanner des sinus sans injection, IRM plus rarement).

Une fois sur trois, la polypose naso-sinusienne est associée à un asthme ou à une allergie à l’aspirine. Cette forme particulière est appelée syndrome de Widal. Elle peut être dangereuse, car toute prise d’aspirine peut déclencher une crise d’asthme sévère. Ce médicament est donc contre-indiqué, et il faut prendre des précautions avec les produits à base de souffre et de sulfites.

scanner de face montrant un comblement de tous les sinus des à une polypes nasosinusienne

ALLERGIE (rhinite allergique)

La rhinite allergique est une réaction d’hypersensibilisation à une substance étrangère dénommée allergène tels que le pollen, les acariens ou autres. La rhinite allergique est une atteinte inflammatoire de la membrane qui tapisse l’intérieur du nez se caractérisant par une congestion avec hypertrophie des cornets, un écoulement nasal (rhinorrhée), des éternuements, des démangeaisons du nez ou de la gorge, ou encore par une combinaison de plusieurs de ces symptômes.

L’association à une conjonctivite (yeux rouges qui pleurent et qui piquent) est fréquente. Des tests cutanés peuvent se faire pour identifier le ou les allergènes causant la rhinite, ainsi une désensibilisation pourra être envisagée. L’examen du nez est un volet essentiel du diagnostic de la rhinite.

 

SAIGNEMENT DE NEZ

Le saignement de nez ou épistaxis est assez fréquent. La cause est souvent multiple et diffère selon l’âge du patient. Chez les enfants il est important d’éliminer un saignement au niveau de la tache vasculaire qui est la zone en avant de la cloison où les vaisseaux sont les plus superficiels (cf schéma ci dessous). Ceci a pour conséquence un saignement dès que l’enfant est enrhumé, en cas de forte chaleur etc.

Une cautérisation est souvent nécessaire afin de « brûler » cette zone. Le risque est la récidive car de nouvelles veines peuvent toujours réapparaitre.

La tache vasculaire correspond à la zone entourée en noire appelée locus kiesselbachii.

 

Chez l’adulte les saignements surviennent surtout chez des personnes prenant des anticoagulants ou autre médicament faisant fluidifiant le sang.
Quoi qu’il en soit un examen minutieux du nez au moyen d’une cam
éra est nécessaire.